Japon,  Niigata,  Vie quotidienne

La vie à la campagne

Peu importe où l’on se trouve dans le monde, la campagne c’est la campagne. Nécessité d’avoir une voiture, peu de commerces, la nature… Tout en étant un peu différent à chaque fois. Je vais donc te parler de ma campagne “à moi” dans la préfécture de Niigata, au Japon.

 

Niigata: ses rizières et ses montagnes

Comme je te le disais dans un précédent article, Niigata c’est la campagne, coincée entre des montagnes et la mer du Japon. 

Mon village n’est situé qu’à une cinquantaine de kilomètres de Niigata-city, mais si tu veux y aller en train il faudra s’armer de patience et prendre l’un des cinq trains quotidien qui mettra environ deux heures pour y aller. Pareil pour les bus. Tu l’auras donc compris, il faut une voiture. Pas de konbini (supérettes ouvertes 24 heures sur 24) à proximité, ni de supermarché, en somme: comme la campagne française. Pour les courses, on se fait livrer toutes les semaines par une coopérative; sauf les légumes qu’on achète à un magasin de ferme pas loin de la maison.

Mais alors pourquoi est-ce qu’on a décidé de s’y installer? Pour le paysage en partie, et puis les avantages.

La commune a construit des logements à loyer modéré, à destination des couples et des familles. Pour te donner un ordre d’idée des prix, on a une maison (3 chambres) avec un petit jardin et le loyer est fixé à 50 000 yens (environ 430 euros) par mois. Etant donné que nous avons un enfant, nous avons une réduction de 10 000 yens par mois ce qui nous revient donc à 40 000 yens (environ 350 euros). Une maison de ce type dans le même coin sans les réductions de la mairie est à minimum 65 000 yens (environ 550 euros). C’est donc très avantageux pour nous.

Tous les mois également, nous recevons des coupons (valables uniquement dans les commerces du village): pour les couches, les lingettes, le médecin et les vaccins (de Mochi-kun).


Pourquoi est-ce que la commune fait tout cela? 

Comme sans doute de partout dans le monde, l’exode rural est très présent au Japon. Les campagnes se dépeuplent: pas de travail, population vieillissante, …  La mairie de mon village essaie donc d’attirer de jeunes couples ou bien des familles afin que les écoles, les petits commerces, le cabinet médical et autres ne ferment pas. 

Et ça marche!

Bien que la population soit en déclin depuis les années 1950, le nombre de naissance augmente doucement depuis quelques années, et de plus en plus de famille viennent s’installer au village. Dont la nôtre. 🙂

Les avantages que nous avons ici ont donc pesé dans la balance quand il a fallu décider où nous allions habiter. Mais cela n’a pas été l’unique facteur. 


Avec l’arrivée de Mochi-kun, nous ne nous voyions pas vivre en ville. Nous avions besoin d’espace pour lui comme pour nous; il a donc fallu trouver l’équilibre entre le trajet pour aller au travail tout en étant dans un endroit préservé.

Notre village est séparé en deux parties: l’une longeant la mer, et l’autre sur un versant de montagne entouré de rizières. Pour moi Occidentale, je n’étais pas habituée à avoir un tel spectacle tous les jours, et je dois reconnaître que ce n’est pas désagréable même si on s’y habitue. 

Les avantages, le paysage font donc parties des raisons pour lesquelles nous nous sommes installés ici. Etre plus proches de la famille de papa mochi également. Il faut cependant garder en mémoire que ce ne sont pas toutes les municipalités qui proposent ce genre de services.

Au final, qu’est-ce qui me change le plus de la France? La faune et la flore. On trouve ici des belettes, des sangliers, des renards… Rien d’anormal. Mais on trouve aussi des tanuki, des ours et beaucoup de serpents. Sans compter les insectes. Je t’avoue que cette partie là m’enchante un peu moins (sauf pour les tanuki, c’est mignon un tanuki). Les rizières et les forêts de bambou ont aussi leur charme.

Tu l’auras donc compris, nous sommes plutôt rats des champs rizières que rats des villes.

On me demande régulièrement si je (on) compte retourner vivre en France un jour. Pour le moment ce n’est pas prévu. On ne se ferme pas la porte, évidemment, mais papa mochi ne parlant pas français et aimant également les voyages et l’aventure, on se demande si on n’irait pas à la découverte d’autres destinations.

 

Un commentaire

  • Mel

    Euh quitte à changer de pays….je préfère que tu reviennes vers moi petite vilaine ❤️
    Mais avant laisse moi le temps de venir visiter cette magnifique campagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *